<span>Photo by <a href=”https://unsplash.com/@jessedo81?utm_source=unsplash&amp;utm_medium=referral&amp;utm_content=creditCop

Communiqué de presse

28 août 2020

La noradrénaline comme potentiel marqueur sanguin d’évolution de la maladie d’Alzheimer, une première publication scientifique qui s’inscrit dans le développement de Noratest®.

La récente publication dans Translational Psychiatry du groupe de la revue Nature vient confirmer le travail de la société Alzohis, créée en 2014 pour le développement d’un diagnostic de la maladie d’Alzheimer (MA) à partir d’une prise de sang. L’article donne les résultats d’une étude rétrospective qui mettent en évidence pour la première fois, une corrélation linéaire entre le taux plasmatique de noradrénaline et les troubles cognitifs de la maladie d’Alzheimer mesurés par le score Mini Mental State Examination (MMSE). Ces mesures de noradrénaline dans le sang sont mises en relation avec les biomarqueurs de la MA, Aβ1–42 et pTau/Tau, présents dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) et obtenus par ponction lombaire. L’étude décrit deux sous-groupes de patients atteints de la MA, qui se distinguent à la fois par leur score MMSE et leur taux de noradrénaline plasmatique, supportant l’hypothèse selon laquelle la concentration en noradrénaline dans le sang serait liée au stade de la maladie. Les données suggèrent que la noradrénaline pourrait être un facteur informatif de l’évolution de la maladie et contribuer au diagnostic de la maladie d’Alzheimer dès les premiers troubles cognitifs.

Une corrélation démontrée entre la concentration plasmatique de noradrénaline et le score MMSE chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

D’anciennes études ont déjà montré une altération des catécholamines plasmatiques chez les patients atteints de la MA. Malgré des résultats contradictoires, il semblerait que les catécholamines plasmatiques soient bien dérégulées au cours de la MA, même si les mécanismes physiopathologiques sous-jacents ne sont pas encore bien connus. L’exploration de marqueurs sanguins de la MA, plus faciles à mesurer par des tests moins coûteux que l’imagerie cérébrale et moins invasifs que la ponction lombaire, éléments actuellement utilisés pour effectuer le tableau clinique du patient, est nécessaire. L’accès à un diagnostic basé sur une prise de sang permettrait d’accélérer le parcours patient actuel pendant le diagnostic, et serait un outil accessible pour la mise en place d’étude cliniques pour le développement de futures thérapies. La concentration des catécholamines plasmatiques semblent pouvoir faire partie de ces marqueurs sanguins, participant ainsi à un diagnostic fiable et spécifique.

Après 10 années de recherche, l’équipe Alzohis dont son fondateur, Romain Verpillot, chimiste-analyste, ont reçu, avec la publication de cette étude, la reconnaissance de la communauté scientifique pour l’un des paramètres utilisés dans le diagnostic de la maladie d’Alzheimer, le Noratest®. Cette étude rétrospective porte sur une cohorte de 71 patients (32 patients atteints de MA, 22 atteints d’autres démences et 17 sans démence) qui ont consulté pour troubles de la mémoire au Centre de Neurologie Cognitive de Lariboisière (Paris) entre 2009 et 2014.

Les résultats observés montrent une corrélation linéaire significative entre le plasma [NA] et le score MMSE chez les patients atteints de MA (p = 0,0112) (Fig. 1A). Cette corrélation n’a pas été observée chez les patients non atteints de MA (p = 0,9333) (Fig. 1B). Sachant que la valeur seuil du score MMSE pour déterminer une cognition normale est d’environ 24, il a été observé que la distribution des valeurs de concentrations en noradrénaline plasmatique était différente entre les populations des patients atteints de la MA ayant un score MMSE en dessous et au-dessus de cette valeur seuil (Fig. 2A), ce qui n’a pas été observé chez les patients non-Alzheimer (Fig. 2B). Chez les patients non atteints de MA, aucune différence n’a été observée dans la distribution des concentrations en noradrénaline plasmatiques entre les patients avec un score MMSE supérieur et ceux avec un score inférieur à 24 (p = 0,7459) (Fig. 2A). De plus, la concentration médiane en noradrénaline plasmatique des patients atteints de MA avec un score MMSE supérieur à 24 était significativement plus élevée que la concentration médiane en noradrénaline plasmatique des patients non-MA avec un score MMSE similaire (≥24) (p = 0,0287) et un score MMSE inférieur (<24) (p = 0,0136) et que la concentration médiane en noradrénaline plasmatique d’autres patients atteints de MA (p = 0,0177). Il n’y a aucune différence entre la concentration médiane en noradrénaline plasmatique des patients atteints de MA avec un score MMSE inférieur à 24 et celui des patients non-MA avec des résultats MMSE similaires (p = 0,8757) ou plus élevés (p. = 0,3851) (Fig. 2C).

En plus de cette corrélation, des relations ont pu être établies entre la concentration en noradrénaline plasmatique et les concentrations dans le LCR des biomarqueurs spécifiques de la MA (Aβ1–42, ainsi que le ratio Tau phosphorylé et total). L’ensemble de ces observations ont donc permis de mettre en relation le niveau de noradrénaline dans le plasma avec des marqueurs de la MA à un niveau cognitif (score MMSE) et moléculaire (biomarqueurs du LCR).

L’ensemble de ces résultats soutiennent l’hypothèse selon laquelle la concentration en noradrénaline dans le sang pourrait être informative sur le stade de la maladie.

Vers une prise en charge plus efficace grâce à un diagnostic sanguin de la maladie d’Alzheimer ?

Il existe dans la littérature des articles qui mettent en valeur la dérégulation du locus coeruleus, source principale des neurones noradrénergiques du système nerveux central, à un stade précoce de la maladie d’Alzheimer. Ces observations ont poussé les chercheurs de Alzohis à étudier la noradrénaline plasmatique dans un contexte de MA. Cette région du cerveau serait impactée de manière précoce au cours de la maladie d’Alzheimer. Elle concentre la plupart des neurones noradrénergiques du cerveau qui projettent leurs prolongements vers de nombreuses régions cérébrales impliquées, notamment, dans les phénomènes de mémorisation et d’orientation spatiale. Aujourd’hui, une des hypothèses émergentes est que la maladie d’Alzheimer est en fait précédée d’une suractivation de la zone du LC avant même les premiers symptômes visibles de la maladie. Alzohis émet donc l’hypothèse selon laquelle la concentration en noradrénaline plasmatique peut également être dérégulée au cours de la MA, et ce dès les premiers troubles cognitifs.

Le lien entre la dégénérescence LC et du taux de plasma [NA] dans le contexte de la maladie d’Alzheimer doit être étudié plus avant. Mais, associé au score MMSE, la mesure de la concentration en noradrénaline plasmatique pourrait faciliter le diagnostic et permettre l’orientation du patient vers un spécialiste avant l’apparition de symptômes avancés de la MA. Ainsi, ce processus pourrait favoriser un diagnostic simple, rapide et efficace de la MA, ce qui ouvre aussi de nouveaux potentiels de recherche pour les biomarqueurs sanguins dans la MA.

900 000 personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer en France

La maladie d’Alzheimer (MA) est la cause la plus fréquente de démence chez les adultes de plus de 65 ans et se caractérise par une altération progressive des fonctions cognitives et du comportement. En France, on estime que 900 000 personnes sont atteintes avec 225 000 nouveaux cas chaque année. Ce nombre devrait doubler d’ici 2050. Les recherches sur les traitements potentiels de la MA ont révélé la nécessité de définir et de caractériser un stade précoce de la maladie, là où les traitements thérapeutiques pourraient être les plus efficaces.

A propos de l’entreprise Alzohis

Alzohis est une entreprise française innovante ayant développé le premier outil d’aide au diagnostic des maladies neurodégénératives à partir d’une simple prise de sang. Le Noratest® est un logiciel de dispositif médical de diagnostic in vitro marqué CE. Ce diagnostic rapide, fiable et non-invasif repose sur un logiciel de dispositif médical de diagnostic in vitro qui, à partir des résultats de dosage des concentrations plasmatiques de trois catécholamines (adrénaline, noradrénaline, dopamine), et de paramètres cliniques et démographiques, calcule un score diagnostique de la maladie d’Alzheimer.

Pour en savoir plus : www.alzohis.com

Contact presse : Mai Tran — strategicconsulting@maitranandco.com

Entreprise de biotechnologie au service de l’humain.

Entreprise de biotechnologie au service de l’humain.